TFGA N°6 : Oh rage, j’écris ton nom

Le TFGA est de retour avec ce mois-ci, un sujet particulièrement marrant : les pires moments que l’on a passés devant nos écrans. Il est en effet surprenant de voir que ce qui devrait être un plaisir a parfois pu nous mettre dans un état de colère qu’on aurait rarement atteint dans d’autres circonstances. Les manettes peuvent voler, les claviers peuvent être torturés, et pourtant, on y revient ! Mais pourquoi ? C’est ce que nous allons voir.

Mais avant toute chose, rappelons que l’instigateur de ce top du mal n’est autre qu’Alexandre et que vous pouvez retrouver son top ainsi que celui de tous mes petits camarades ici.

Maintenant passons au gros du sujet, les jeux et moments vidéoludiques qui m’ont rendu dingue.

5. Les puzzles games aléatoires

pokemon-shuffle-3ds-eshop

Il n’y a pas que les jeux pour gamer dans la vie. Actuellement, nous sommes submergés par énormément de jeux casual qui ont trouvé leur place et leur public sur nos téléphones intelligents. Souvent en mode free to play, ces jeux, bien que simples, réussissent l’objectif de vous divertir durant vos transports, là où vos consoles ne vous suivent pas. Et tout aurait été parfait si l’énorme majorité de ces jeux n’était pas basée purement et simplement sur la chance. Que ce soit Farm Heroes SagaPokémon Shuffle ou encore TwoDots, tous sont basés sur une distribution aléatoire. Et c’est bien là que le bât blesse. Car la réussite ou l’échec, la possibilité de comboter ou non, sont basés sur la distribution. Cette dernière étant totalement au pif, dans certains cas, un niveau que vous n’arrivez pas à passer depuis 10 jours peut se résoudre tout seul, sur un énorme coup de moule. La seule emprise que vous avez sur le jeu, c’est d’y mettre de l’argent pour diminuer la part de chance nécessaire pour compléter un niveau. Bref, vous jouez à la roulette, et souvent vous perdez sans rien pouvoir faire si vous ne voulez pas payer votre “petit jeu” plus d’une centaine d’euros. Frustrant non ? En tout cas, les créateurs du genre ont eu le nez creux car ils se sont fait des “golden corones”.

4. Assassin’s Creed

Et là je parle bel et bien de la saga en entier. Non, cette série n’est pas mauvaise. Tout n’est pas à jeter et j’ai même passé de bons moments dessus. Pourtant il y a quand même des aspects du jeu qui m’ont paru particulièrement bancals. En fait, l’idée de “course libre” est bonne dans l’esprit, mais le fait est qu’à un moment ou à un autre, votre personnage fera n’importe quoi. Ou en tout cas, pas du tout ce que vous voulez faire. N’importe qui ayant joué à Assassin’s Creed s’est déjà jeté du haut d’un bâtiment en ratant son saut de l’aigle. Comme ça, sans raison. Combien de fois avez-vous raté une course poursuite car votre personnage avait décidé que grimper sur un mur était quand même vachement mieux que sauter de plateforme en plateforme ?

assassin-creed-fail

Combinez cette maniabilité automatique qui peut vous piéger à des phases d’infiltration et vous avez de grands moments. Vous l’aurez compris, une maniabilité imprécise dans des phases de gameplay qui demande du doigté est on ne peut plus frustrant.

3. Fire Emblem

chrom-fire-emblem

J’adore la saga Fire Emblem. je l’ai découverte lors de sa première sortie chez nous, et je les as tous fait depuis. Mais quand même, ces jeux s’amusent avec nos nerfs. Surtout quand, comme moi, on veut la partie parfaite. Qu’est ce que j’entends par parfaite ? Une partie sans mort, tout simplement. Comme vous le savez sûrement, chaque perte d’unité dans Fire Emblem est définitive. Le personnage meurt, et à la fin du jeu, au lieu de savoir ce qu’il devient après l’histoire, vous avez un simple et efficace “mort au chapitre 12”. Et ça, ça fait mal. Alors pour ne plus revivre ça, chacune de mes parties de Fire Emblem ne doit dénombrer aucune perte. Et là, le jeu s’amuse avec moi. Il emploie divers moyen pour ça. Le premier, simple efficace et particulièrement rageant : la triche. Quand une unité ennemie vous touche deux fois de suite à moins de 15% dont un coup critique à 8% qui achève votre unité, je ne me suis pas amusé à calculer la probabilité, mais je peux vous assurer que ça arrive bien plus souvent que ce que les chiffres indiquent. Bien sûr, l’inverse fonctionne parfaitement et donc vous pouvez sans souci rater deux coups à 80% ce qui comdamnera votre unité… Rien que d’y penser, j’ai envie de casser ma 3DS. Deuxième point qui vous donne envie de vous manger le visage : les renforts. Si, dans certains FE, les renforts ennemis arrive à la fin du tour ennemi, dans d’autres, ils arrivent au début ! C’est-à-dire que vous vous posez, tranquille, dans un endroit où l’ennemi ne peut pas vous atteindre, et là POP, trois unités apparaissent juste à côté de vous, prêtes à vous faire bouffer des lances. Vous pleurez, mourrez, et reset. Du simple “die & retry” comme on en fait plus !
On dit souvent qu’entre haine et amour, la frontière est mince. La relation entre ces jeux et moi en est une bonne illustration.

Pour finir, une petite illustration de la RNG du jeu qui peut vous troller, même quand vous gagnez :

fire-emblem-rage

2. Hotline Miami 1 et 2

Haaa, Hotline Miami. Cette série de jeux est folle. Hypnotique. Une fois le pied dedans, impossible de la lâcher. Mes dernier lives en sont la preuve ici et ici. Ici aussi, haine et amour se confondent. L’alliance des graphismes et de la musique vous absorbe et sans vous en rendre compte, celà fait trois heures que vous jouez en chantant à tu tête le même morceau, car ça fait trois heures que vous vous acharnez sur CE P***** DE NIVEAU DE M**** !! Autant certains jeux sont difficiles, mais juste. Je pense par exemple aux Dark Souls qui ne vous trahiront jamais. Ils sont juste très (très très) exigeants. En revanche, Hotline Miami peut être injuste. Chaque ennemi à une part d’aléatoire dans son positionnement et/ou son comportement qui fait que chaque run sera un peu différente de la précédente. Et c’est là que le jeu vous balance tout son sel en pleine gueule. Car quand une méthode marche une fois, les cinq fois suivantes, il est possibe qu’un ennemi arrive d’on ne sait où vous lamine la tête à coup de batte. Et je peux vous dire, alors que j’ai fini le deux il y a peu, que j’ai failli détruire mon écrans sur les derniers niveaux. Le 2 m’a dailleurs paru encore pire que le 1 là-dessus, et je ne sais pas encore si ça m’a fait plaisir où si j’ai envie d’aller foutre une bombe chez le développeur… Je me tate…

hotline-miami

1. Le masque des amoureux de Majora’s Mask

Si le reste de mon TFGA est basé sur des jeux, voire même des séries, mon numéro 1 reste à jamais la quête des amoureux de Majora’s Mask. Encore aujourd’hui, je ne sais pas si c’est une quête réellement difficile ou bien si c’est juste moi. Pour vous situer l’affaire, cette quête s’étend sur les 3 jours durant lesquel se déroule le jeu. Chaque jour, vous avez certaines actions à faire durant des laps de temps bien défini. Bref, pour faire simple, pour être sûr d’être là au bon moment, mieux vaux ne pas s’éparpiller. Il m’est arrivé plusieurs fois de vouloir faire d’autres choses pour combler le vide. GRAVE ERREUR ! On loupe une étape, tout est à refaire. Je ne dénombre plus les fois où ça m’est arrivé. Après de nombreux essais, j’étais enfin arrivé à la dernière caverne ! Un timing parfait était demandé. Il fallait filer tel le vent car quelques minutes de retard (ingame) et l’entrée de la caverne n’apparaissait pas. Et, une fois dans la caverne, je ne sais plus pourquoi, mais je m’étais dit : “Tiens je vais ressortir pour faire ça pour re-rentrer ensuite”. POURQUOI ? POURQUOI j’ai pensé ça ? Je vous le demande ! Car une fois sorti de la caverne, l’entrée avait DISPARU ! Imaginez : après tant de tentatives infructueuses, je me saborde moi-même à l’instant où j’ai enfin réussi. Bref, des hurlements, de la haine envers moi-même. J’ai éteint la console et n’ai rejoué à Majora’s Mask que récemment sur New 3DS. Oui oui. Je n’ai jamais redémarré le jeu. Trop de dégoût. Mais je suis quelqu’un de persévérant ! Je la ferai, ma partie de Majora’s Mask avec tous les masques ! C’est mon prochain gros challenge depuis que le jeu a été réédité.

zelda-majora-s-mask-masque-amoureux

En plus, qu’il est moche ce masque !

Voilà, vous savez tout. J’ai eu assez de mal à me souvenir de mes “pires” moment de jeu. Finalement, je pense être un joueur plutôt calme et pas trop rageux. En fait, je pense être assez persévérant pour surmonter que les moments vraiment chiants et en retirer finalement une grande satisfaction d’être passé outre. Mon plus gros échec restant ce Majora’s Mask. Mais comme je l’ai dit, je vais me le faire, ce masque !

6 commentaires sur “TFGA N°6 : Oh rage, j’écris ton nomAjoutez votre →

  1. Héhé, le Assassin’s Creed m’a bien parlé! J’avais hésité à le mettre dans mon top… Et j’aurais peut-être du, cette maniabilité m’a quand même empêché de finir Révélations et le 3… 😡

    1. Comme je te comprends ! 😀
      Ça ne m’a jamais empêché d’y jouer mais c’est vrai que ça freine quand même vachement pour retourner le jeu à 100% ^^

  2. Ah, Fire Emblem !

    C’est vrai que punaise, que ce jeu est punitif, même pour un jeu sur portables. Nom de diou cette “triche” dont tu parles au niveau des pourcentages m’a bien gonflé pendant mon enfance quand je jouais aux jeux de la licence : rien de plus gonflant que des attaques (ennemies, bien sûr) qui réussissent toujours à moins de 10%, grmbl …

    Sinon pour les AC perso ça a toujours été … jusqu’à Unity. Quand tu décris les accrochages aux murs/portes alors qu’on est en plein run, c’est bien chiant, et ça je l’ai surtout trouvé dans le dernier. Qu’est-ce que ça a pu me gonfler aussi …

    Merci pour ce top en tout cas ^^

  3. Oh, tu as mon respect éternel pour avoir mentionné Fire Emblem o/! J’avoue ne jamais avoir réussi une partie avec zéro morts, quand un personnage que je n’aime pas spécialement et qui n’est pas forcément très efficace au combat meurt au dernier tour d’un chapitre que je galère à boucler… tant pis! Puis cette histoire de pourcentages… quand tu as 80% de chances d’achever un ennemi et que tu comptes sur ça et que ton unité rate… Rhaaa!

    Par contre Hotline Miami, là ça dépasse grandement les limites de ma patience ^^! Je n’ai pas pu finir ce jeu pour cause de grosses, grosses crises de nerfs.
    Super top et courage pour Majora’s Mask!

  4. Super top, avec notamment Fire Emblem que je comprends tout à fait.

    Majora’s Mask est un de mes jeux préférés, et la quête d’Anju et Kafei est MA quête annexe préférée, tous jeux confondus. Je te souhaite vraiment d’y arriver (il te reste encore le passage délicat du repaire de Sakon lui-même, donc n’oublie pas de sauvegarder avant de t’y rendre), surtout que le remaster 3DS te permettra d’avancer directement à l’heure voulue, et la sauvegarde aux statues te permet de ne pas avoir à reprendre depuis l’Aube du Premier Jour. Quand tu y arrives, le dialogue du mariage est un des moments les plus touchants dont j’ai fait l’expérience dans un jeu video, ponctué de la terrible fatalité : jouer le Chant du Temps juste après et effacer ces 3 jours d’efforts pour les réunir. Je trouve ça poignant à mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *