Dishonored : de la magie et un couteau

Lors de l’article sur Rayman Origins, nous vous disions que “la France n’est pas le royaume de la production AAA”. Mais que se passerait il si un voyant arrivait au royaume des aveugles ?

NB: Cet article a initialement été publié sur Teammates.fr et a été rédigé en collaboration avec Mandarine

Dishonored est une production française, pondue par les lyonnais de Arkane Studios. Ce jeu vous met dans la peau de Corvo, le protecteur de l’impératrice de Dunwall. Malheureusement, Dunwall est victime d’une épidémie de peste sans précédent. Les rats commencent à envahir la cité et vous êtes envoyé à l’étranger pour trouver une solution à cette épidémie. Vous commencerez le jeu au moment ou Corvo rentre de ce voyage.

Le jeu se décompose en 9 missions. Plusieurs d’entre elles prennent place dans un monde presque ouvert : le niveau se décompose en plusieurs zones, qui ne sont pas de vulgaires lignes droites. De multiple possibilités s’offriront à vous pour aller d’un point A à un point B. La première fois que vous faites le jeu, si vous prenez le temps de visiter sans pour autant perdre trop de temps, le jeu devrait vous tenir en haleine durant 14 heures. Le gameplay est à la première personne. Dans la main droite vous tenez votre couteau, une arme de destruction massive dans les mains de Corvo, dans l’autre vous aurez le droit à un pouvoir magique, l’arbalète ou d’autres outils vous permettant de semer le chaos dans les rangs ennemis. Dans les faits, l’arsenal n’est pas énorme : une douzaine d’armes ou pouvoirs.

Mais la combinaison de toutes les capacités que vous offre le jeu démultiplie vos possibilités comme l’illustre parfaitement cette vidéo de meurtres créatifs.

  • Testé sur PC
  • Disponible également sur PS3 et Xbox 360
  • Sorti le 9 octobre 2012
  • Déconseillé aux moins de 18 ans

L’avis de Mandarine

Cela faisait très longtemps qu’un jeu ne m’avait pas autant captivée. C’est bien simple : quand je commence une partie, j’ai du mal à m’arrêter ! Le jeu est beau, les missions sont prenantes, l’ambiance pesante est vraiment immersive et l’intérêt est constamment renouvelé par les multiples moyens de résoudre un niveau. Globalement, vous pouvez choisir de vous infiltrer ou de foncer dans le tas. Mais même là, vous avez plusieurs façons d’y parvenir grâce aux pouvoirs que vous acquérez durant le jeu : téléportation, ralentissement du temps, possession, vision à travers les murs… A vous de faire preuve d’imagination.

L’avis de Foine

Dishonored est une perle. Le gameplay est intelligent, le level design bien pensé et l’univers rudement bien construit. On a aucun mal à croire en l’existence de Dunwall. Qu’est ce qui prouve que Dishonored est un bon jeu ? Premièrement, ma première réaction après l’avoir fini fut : “Je dois le refaire d’une autre manière”. Ce qui prouve bien la profondeur dont le jeu est capable. Deuxièmement, le jeu à reçu les éloges de NoFrag. Et ça, ce ne sont pas tous les jeux qui peuvent s’en vanter, vous pouvez me croire ! Bref, sautez dessus, vous passerez un très bon moment vidéo-ludique et, en plus, vous achèterez français. Alors en cette période de crise, faites un geste, que diable !

Un commentaire sur “Dishonored : de la magie et un couteauAjoutez votre →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *