[J’ai fini] Broken Sword

Un rève se réalise… Pouvoir parler de Broken Sword en 2D tout en parlant d’actualité (actualité pas fraiche mais bon…). Ca c’est beau! Merci Ubisoft!

Mais tout d’abord, qu’est ce que Broken Sword? C’est un série de jeu d’aventure appelé chez nous “Les chevaliers de Baphomet”. Et quand je dit jeu d’aventure, c’est les jeu d’aventure old school! Sam et Max, Monkey Island, Day of the tentacules, Indianna Jones. Tout ces jeu faisaient parti de la gamme bien connu des point and clic. Souvent plein d’humour ses jeux on pratiquement disparu de la circulation, malgré certaines nouvelles productions comme les nouvelles saisons de Sam et Max ou encore l’apparition de Runaway qui n’a rien à envier à ses ancêtre.

Mais je me perd un peu… Pourquoi ais-je parler d’actualité au début de mon article? Tout simplement car Broken Sword aka Les chevaliers de Baphomet reviens sur les consoles de salon et portable de Nintendo! C’est le 19 mars de cette année que la série a repris du service via son premier épisode qui à été refait pour la Wii et la DS. Mais avant de parler de ces remakes, parlons un peu de l’histoire de la série.

Cette histoire commence en 1996 avec la sorti sur tout les support informatique du moment des “Chevaliers de Baphomet”. Ce point and clic met en scène George Stobbart, un américain en vacance à Paris, qui va se retrouver au milieu d’un attenta alors qu’il était tranquillement installé à la terrasse d’un café. Et notre cher George n’étant pas du genre à se laisser faire, il veut retrouver celui qui a commit ce crime, et par la même occasion failli le tuer. C’est alors qu’il rencontrera Nicole Collar, une journaliste parisienne, avec qui il mènera l’enquête. L’enquête les mènera un peu partout en Europe (et même au moyen orient) et il s’apercevront qu’il ne s’agit pas d’un banal attenta.Le jeu est, pour l’époque, de toute beauté. Les décors sont totalement sublime et fourmille toujours de détails. Les voix sont enregistrés et les doublures sont très bonne, l’accent de Georges étant parfaitement américain. L’humour, présent dans la plupart des point and clic est ici aussi présent par les réflexion de certain personnage, et surtout de George qui fait toujours des petites blagues même quand il faut pas. Broken Sword est unique dans son genre car au final il fait très “mûre” car les personnages sont dessinés de manière plutôt réaliste, alors que les autre point and clic sont plutôt plus comique avec des personnages déformé (ce qui est pas plus mal, c’est juste différent). Point fort de la série aussi, en mon sens, sa bande original. Les musiques collent parfaitement à l’ambiance et au moment. C’est un extrème bonheur pour moi d’entendre les thème de la série. Pour les amateurs sachez que vous pourrez ré-entenre d’autre thème de Barrington Pheloung (le compositeur de la BO du jeu) en regardant la série l’inspecteur Lewis sur la 3 (ça peut paraitre con comme ça mais quand on est fan du jeu et qu’on entend les musique de la série on repère tout de suite qu’on a affaire au même mec).

Suivra à ce succès un deuxième épisode. Deuxième épisode auquel j’ai joué en premier et qui m’a totalement rendu fan. L’esprit est exactement le même que dans le premier sauf que l’on change les décors et l’histoire évidemment. Mais au final le jeux est lui aussi de très bonne qualité. Toujours de l’humour, une ambiance musicale excellente. Bref du tout bon.

En revanche après ça ce gatte. L’heure de la 3D a sonné et Broken Sword se plie au règle. Pour son plus grand malheur. Les décors fourmillant de détails sont remplacé par des texture plus vides les une que les autres et on peine à retrouver l’ambiance et le charme de la série à cause de ça. Ne parlons pas de la maniabilité faite pour une manette du troisième épisode car là je pourrai me facher.

Le quatrième (et dernier à ce jour) épisode revient à du point and clic, et toujours en 3D… Je ne suis même pas aller jusqu’à la fin (et pourtant je suis ultra fan de Georges). Et je ne pourrais pas vous dire pourquoi. Peut être un simple manque de motivation, ou alors peut être que l’ambiance n’était pas au rendez vous.

Toujours est il que la 2D manque tellement au fan de la série qu’une équipe allemande a développé un Broken Sword 2.5. Les évènement se déroulerais entre le 2 et le 3 et le jeux est totalement en 2D, à l’ancienne. Une traduction anglaise est en cours et il existe une traduction française officieuse pour les textes (car, oui, tout le jeu est doublé… Les fans ne s’arrète devant rien). Pour plus d’info là dessus: le site

Et voilà. Maintenant, plutôt que de nous pondre une 3D vieille de quelques années, Ubisoft et révolution refont le premier épisode sur DS et Wii. Alors ils ont rajouté des truc mais en gros, c’est pareil qu’avant. Mais je ne m’atarderait pas là dessus maintenant car d’ici peu j’aurais un test a vous proposer de la version DS du soft qui sera publier sur Nintendo Différence.

Bref, en espérant que on aura le droit un jour a une suite digne de ce nom pour une série qui faibli de plus en plus avec le temps.

Mais, en tout cas, Broken Sword 1 et 2 sont des valeurs sûr du point and click à l’ancienne, comme on les aime. Donc si vous ne connaissez pas et que vous aimez le genre, jetez vous dessus.

19 commentaires sur “[J’ai fini] Broken SwordAjoutez votre →

  1. J’ai joué et fini la version DS. Le peu qui a été ajouté est très sympathique, mais pèse bien léger en comparaison de tout ce qu’on perd (et pas seulement les voix digits’ : de nombreux éléments de décor ne sont plus examinables avec le curseur). Ca reste néanmoins un fabuleux point’n’click, pour ceux qui ne l’ont pas fait. Je recommande la version Wii, ou pour les acharnés, se procurer une version PC sous ScummVM.

  2. Le 1 est génial, le 2 est fantastique, le 3 est nul, le 4 est sympa.

    Sinon, n’y jouez pas sur DS. Sur DS y’a pas les voix, et la voix de George, c’est presque 50% du jeu.

  3. Je ne comprends pas les détracteurs du 3. OK, il n’y a pas la 2D, mais il est dix fois plus hilarant que les premiers, il y a des dialogues mythiques dedans. Si on fait l’effort de zapper les passages relous où il faut déplacer de la caisse, il vaut le coup d’être fini.

  4. J’ai fini le trois… Mais je me rappel pas de passage hilarant… Après c’est peut être ma mémoire qui me joue des tour. Mais faut dire que j’étais parti du mauvaispied quand j’ai du brancher une manette à mon PC…

  5. Le 1 est quasi parfait, manque plus que la fonction courir pour rendre les allers-retours moins pénibles.

    J’ai arrêté le 2 un peu après le tournage, à cause de certains énigmes illogiques qui encouragent plus l’essai que la réflexion.

    J’ai été bloqué au 3 à la scène où il faut fuir un.. rocher? peut être à cause d’un restreint de mouvements dû au clavier.

  6. Les Chevaliers de Baphomet c’est les seuls jeux qui m’ont vraiment marqué avec MGS sur Play 1.
    La bande son était géniale, les décors étaient sublimes et même si c’était en 2D, t’avais jamais l’impression de te trouver sur une scène juste dessinée, vide d’âme : ça bouge tout le temps, y’a un esprit et une ambiance plus que prenante. On s’attache vraiment au jeu : immersion totale.

    Tous les personnages sont dotés d’une charisme remarquable et c’est toujours bien trouvé. Les énigmes, c’est taillé dans le même win que le reste : même si certaines sont dures et assez peu abordables (cf. les deux roues dans le temple), elles demandent toutes une vraie réflexion et ne sont pas tirées par les cheveux (ce qu’on peu reprocher à certains passages dans Runaway par exemple où l’ordre des actions prévu par les devs est important pour trouver la solution)

    Je rajoute mon fiel au tas déjà présent concernant le 3 : en plus d’être a chier, il est blindé de bugs (tête retournée, jeu qui plante pendant une vidéo, sons fucked up et caméras qui vibrent (?!))

    Runaway c’est dans la même veine que les Broken Swords, la nostalgie d’un vieux jeu en moins.

  7. Pour la polémique sur le 3, je l’ai eu sur PS2, et si c’était plus jouable qu’au clavier, il faut savoir que cette version ne permettait même pas de voir la fin du jeu (écran noir pendant la cinématique). Et ça a passé le Contrôle Qualité, pour dire le niveau de finition du truc…
    Après, niveau humour et esprit de la série, j’admets qu’on s’y retrouvait vraiment bien dans le village anglais. Soit en gros pendant 20 minutes. Le reste était d’une platitude et d’un ennui…

  8. Runaway, même si au niveau du graphisme et de la narration est sympa, il est vraiment plombé par ses énigmes seulement resolvables dans un certain sens. Je me souviens notamment d’avoir passé plus d’une heure sur le bateau à chercher quoi faire. Il refusait de faire ce que je voulais faire. Finalement, j’ai été parler à un personnage et puis j’ai pu faire ce que je comptais faire. Et c’est très souvent comme ça dans les 2 opus, c’est extrèmement chiant d’être bloqué pour une connerie pareille. Un problème qu’on ne trouvait pas dans Monkey Island ou Broken Sword.

    Même si je préfère Monkey Island à Broken Sword, j’ai quand même trouvé ce dernier plus facile et plus fluide dans la progression. Des énigmes pas toujours faciles mais bien plus logiques que dans la plupart des jeux d’aventure.

  9. Un truc qui m’a marqué dans Broken Sword, c’est une scène sur laquelle j’ai galéré, avec une chèvre. Je me souviens avoir trouvé ça sympa et très beau, mais j’ai largement préféré les Point’n’Click de Lucasfilm/LucasArt (Zak McKracken, Monkey Island, Sam&Max…), que j’ai refais de nombreuses fois depuis.

  10. J’ai jamais accroché aux chevaliers de baphomet, surement le côté réaliste des dessins, pourtant j’avais bien aimé Gabriel Knight à l’époque.

    M’enfin, je reste un accros des voyageurs du temps, des Indiana Jones, des Monkey Island et de Toonstruck. (Et ptit coup de coeur pour Down in the dumps, que j’avais trouvé hilarant et pour Simon the Sorcerer que j’ai malheureusement jamais terminé).

    Faudrait que je me fasse les Sam&Max un jour…

    Par contre Runaway, ça m’a vite gonflé pour les mêmes raisons qu’au dessus, des énigmes ultra-tirées par les cheveux et des actions infaisables si on a pas bien fait ceci ou cela.

  11. Runaway 1, c’est pas seulement les énigmes pas terribles je trouve. Malgré des graphismes bien supérieur à la moyenne des jeux 2D dessinés, les personnages sont juste …banalement chiants… Bryan est juste un geek gentillet, et ne me parle même pas de Gina…
    Dans les jeux comme Longest Journey, Monkey Island, Broken Sword, notre héros réagissait au moins à l’environnement avec une personalité, rendant l’inspection des objets à l’écran moins chiante.

  12. En effet la scène du train est vraiment bonne.

    D’ailleurs c’est un des seuls Point and clic qui m’a fait me sentir stressé. Bon je n’est évidemment pas foit tout les point and clic mais savoir qu’on peut se faire buter dans le jeu si on fait n’importe quoi… C’est bien bon ^^.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *